Rechercher

ÉPOPÉE D'UNE GOURMANDE

Du plus loin que je me souvienne, j’ai toujours aimé manger et par le fait même cuisiner.

Curieuse de nature, je cherchais un banc pour m’amener à la bonne hauteur: Celle du comptoir.

Je voulais voir, goûter et sentir ce que ma mère et ma grand-mère cuisinait.

Mes premiers «mots» furent Menoum menoum, un signe… Clairement.

Au fil des années, j’ai fait de la cuisine familial un laboratoire de passion.

Tous les prétextes, littéralement tout pouvait devenir une excuse pour je que je mette le bordel et fasse une symphonie de casseroles.

Un spectacle à l’école? Ça prend une collation!!!

Une présentation orale! Voilà une occasion de cuisiner un met typique du pays présenté!

La semaine interculturelle à l’école, pourquoi ne pas être volontaire pour cuisiner 100 portions de chili…

Tout ça ajouter aux nombreux anniversaires et festivités… disons que notre four a été mit a rude épreuve bien souvent.

Mon pire supplice alors que j’étais enfant était le macaroni au fromage jaune chimique. Comme si ma bouche se préparait déjà au meilleur saveur. Je refusais catégoriquement d’en manger, je voulais une assiette comme les adultes. À 4 ans, je raffolais déjà de homard. Une vraie princesse.

Plus les années avançaient plus je voyais cette curiosité culinaire grandir, on m’offrait des livres de recettes en cadeau, on me payait un abonnement au magazine coup de pouce (J’avais 13- 14 ans)…

Je crois que ce qui m’as toujours le plus motivée à cuisiner : c’est de carrément pouvoir cuisiner du bonheur.

Ça a pas besoin d’être cher et méga raffiné pour être délicieux. Une bonne dose d’amour et de créativité font la job à tout coup.

La gourmandise fait partie intégrante de ma vie. Gourmande de découvertes, d’expériences, de bonnes bouffes, de bons vins et de bonnes valeurs.

Je me considère chanceuse de pouvoir vous partager ma passion un peu plus chaque jour, xx

Posts récents

Voir tout